Le néo-akhbarisme et sa croyance paradoxale en l’illégitimité du Taqlid

 

 

Certains paradoxes des néo-akhbaris dans leur opposition au Taqlid concernant les questions juridiques :

1-Le taqlid aveugle [en jurisprudence]  est interdit, car la fatwa du juriste n’a aucune valeur même si elle serait conforme aux hadiths, parce que le juriste n’est pas infaillible et il n’y a donc aucune garantie que sa fatwa soit réellement basée sur des hadiths et qu’elle ne soit pas son avis personnel. Donc à chaque fois que tu me montres une fatwa de ton Marja’ (référent) il faut que tu la munisse d’un hadith, sinon c’est du mensonge ! 
2-Il est interdit de mettre en cause les hadiths à cause de leurs chaînes de transmission par des raisonnements bidons de ‘Ilm Rijal, car ceci est une innovation et il faut attester aveuglement tout ce qu’on nous rapporte sous le libellé « hadith ». ! 


Réfutation :

Il n’y a aucun doute qu’il ne faut accepter que la parole et les commandements de l’imam infaillible alayhi salam. 

Pour être compétent d’émettre une fatwa (décret juridique) il faut atteindre le niveau de l’ijtihad (effort) qui s’acquiert pendant de longues années d’études dans les hawzas (séminaires) religieuses sur les enseignements des Ahl ul Beit (pse) et les méthodes d’analyses afin de pouvoir analyser les textes sacrés et en tirer les décrets juridiques. Dans le chiisme duodécimain Il n’y a aucune permission d’émettre une fatwa selon son opinion personnelle. 

Il y a uniquement deux sources légitimes en se référant auxquelles, et s’appuyant sur lesquelles le juriste ayant le niveau de l’ijtihad peut répondre aux questions juridiques : 

1-Le coran

2-Le hadith/sunna

L’Ijmâ et le ‘Aql ne sont pas des références de fatwas dans l’Ossul al-Fiqh de l’islam chiite duodécimain, ils ne sont que des moyens en empruntant lesquels les juristes déduisent les décrets juridiques à partir du coran et de la sunna. La fatwa du référent religieux est en principe le résumé et l’extrait des textes sacrés (coran & sunna/hadiths). 

Toutefois : de même que le juriste n’est pas infaillible et qu’il n’y a aucune garantie qu’il ne se trompe pas ou ne s’égare pas et que sa fatwa soit toujours basée sur des hadiths, de même les rapporteurs de hadiths ne sont pas infaillibles et il n’y a aucune garantie qu’ils ne se trompent pas ou ne s’égarent pas et ne commettent aucune erreur dans la transmission des hadiths.
Quelque soit la réponse des néo-akhbaris au sujet de la garantie de l’authenticité des hadiths transmis par les rapporteurs dont une bonne partie était des zaydites, omarites, waqifites, ghulats et inconnus, nous leur donnerons la même réponse au sujet de la conformité des fatwas du juriste avec les thaqalayns.

Allahumma Salli ‘Alâ Muhammad Wa Âli Muhammad Wa Ajjil Farajahum, Wal’an Adouwwahum.
L’Islam véridique est le chiisme
Sunnisme.net

 

Share This:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*