Le sunnisme : la turbah de l’Imam Hussein (psl) guérit les malades !

Voici un hadith authentique omarite rapporté par les sectaires salafistes qui prouve la propriété médico-miraculeuse de la sainte Turbah du Mausolée de l’Imam Hussein (psl) :

J’entendis Aba Bakr Muhammad Ibn Al-Hassan Ibn Abdan As-Sayrafî dire : J’entendis Ja’far Al-Kholdî dire : J’eus une grosse et énorme gale.
J’essuyai donc là où il y avait la gale avec la terre de la tombe de l’Imam Hussein (psl). 
Puis je dormis pendant un petit moment. 
En me réveillant je constatai que la gale disparut totalement.
[1]

سمعت أبا بكر محمد بن الحسن بن عبدان الصيرفي يقول: سمعت جعفرا الخلدي يقول
كان بي جرب عظيم كثير فتمسحت بتراب قبر الحسين قال: فغفوت فانتبهت وليس علي منه شئ.

Le commentaire du compilateur :

Les rapporteurs du récit sont tous Thiqât [fiables].

Sur les faveurs de la sainte turbah de l’imam Hussein (psl) et la façon de se comporter avec :
Nous avons de nombreux propos rapportés qui se superposent qui disent que la turbat (argile) de [l’imam al-Hussein (psl)] est une guérison pour toute maladie et pour tout mal sauf pour la mort, qu’elle est une protection contre toute épreuve et qu’elle rassure contre toute peur.


Et les hadiths dans ce domaine ont été transmis de façon répétée.
Les miracles qui ont apparu de cette sainte turbah sont plus nombreux que ce que l’on [peut] évoquer. Moi-même j’ai évoqué dans le livre al-Fawâ ’id ar-Radayyah fi tarâjim al-‘Ulamâ al-Imâmiyyah, dans la traduction de Sayyed, le rapporteur de Hadiths au savoir étendu, Na’amat-Allah al-Jazâ’irî, [son histoire]. Il s’était beaucoup fatigué pour arriver au savoir et avait supporté beaucoup de difficultés et de peines. Pendant qu’il était en train d’étudier, il n’avait pas assez d’argent pour avoir une lampe, aussi profitait-il de la lumière de la lune pour ses lectures nocturnes. Il avait multiplié ses lectures à la lumière de la lune, ainsi que ses écrits au point que sa vue baissa. Aussi se mit-il de la sainte argile d’al-Hussein (psl) sur les yeux ainsi que de celle des nobles sanctuaires des Imams (pse) en Iraq.
Sa vue se renforça grâce à leur bénédiction.
Et moi j’avais mis en garde là les gens de notre époque que ce genre d’histoire [pouvait] surprendre du fait de la fréquentation des incroyants et des athées.


Ad-Damîrî raconte dans Hayât al- Hayawân que la vipère, si elle
vit 100 ans, devient aveugle, alors Dieu Très-Elevé lui inspire de frotter ses yeux sur une sorte de plante humide (razayânj) pour que sa vue revienne. Elle se rend du désert vers le jardin, à l’endroit où pousse cette plante, même si la distance est longue pour arriver à la plante. Elle essuie alors ses yeux dessus et elle recouvre la vue. Et cela est également rapporté par Zamkhashari et d’autres.
Si Dieu Très-Elevé a placé un tel bienfait dans une plante humide et dirige vers elle la vipère aveugle pour qu’elle en tire un avantage (d’elle), alors, il n’est pas impossible ni surprenant que Dieu ait
placé dans l’argile du fils de Son Prophète (sawaws) qui est tombé en martyr avec sa famille dans Sa Voie, une guérison contre tout mal et autres avantages et bénédictions, pour que les partisans et les sympathisants en profitent. Et dans ce domaine, nous nous contenterons d’évoquer plusieurs de ces propos rapportés.


Il est rapporté, d’après une chaîne de transmission considérée, d’un homme qui dit : II fut envoyé à [l’imam] ar-Rezâ (psl) un ballot de vêtements d’al-Khurâsân, parmi lesquels il y avait de l’argile. 
Je demandai au Messager : « Qu’est-ce que cela ? » 
Il me répondit : « C’est de l’argile de la tombe de l’Imam Hussein (psl). » 
Il avait mis de l’argile dans presque tous les vêtements. Il disait que c’était une sécurité, avec l’autorisation de Dieu.
Il est rapporté de ‘Abdallah fils d’Abû Ya’qûb qui dit : 
« Je disais à [l’imam] as-Sâdeq (psl) : « Une personne prend de l’argile de la tombe d’al-Hussein (psl) et en tire profit. Et une autre personne en prend et n’en tire aucun profit. » 
Il (psl) répondit : « Non ! Par Dieu ! Personne n’en prend et voit que Dieu va lui en faire profiter que Dieu ne lui en fait effectivement profiter ! » (…)
-Il est rapporté que si l’un d’entre vous prend de la turbah, alors qu’il la prenne du bout des doigts de la taille d’un pois chiche, qu’il l’embrasse, la pose sur les yeux, la passe sur tout son corps et dise :
Allâhumma, bi-haqqi hadhihi al-turbati, wa bi-haqqi man halla
bihâ wa thawâ fîhâ,
Mon Dieu, par le droit de cette turbah, par le droit de celui qui y a pris place et y réside,
wa bi-haqqi jaddihi, wa abîhi, wa ummihi, wa akhîhi, wa-l-a’im-
mati min wuldihi wa bi-haqqi-l-malâ’ikati al-haffîna bihi,
par le droit de son grand- père, de son père, de sa mère,
de son frère et des Imams de sa descendance, par le droit
des Anges qui tournent autour de lui,
illâ ja’altahâ shifâ’ann min kulli dâ’inn wa bur’ann min kulli
maradinn wa najâtann min kulli âfatinn wa hirzann mimmâ akhâfu wa ahdharu.
rends-la un remède contre tout mal, une guérison de toute maladie, un salut contre toute déchéance, une protection contre ce que je crains et dont je me méfie.

اللَّهُمَّ بِحَقِّ هَذِهِ التُّرْبَةِ وَ بِحَقِّ مَنْ حَلَّ بِهَا وَ ثَوَى فِيهَا وَ بِحَقِّ جَدِّهِ وَ أَبِيهِ وَ أُمِّهِ وَ أَخِيهِ وَ الْأَئِمَّةِ مِنْ وُلْدِهِ وَ بِحَقِّ الْمَلائِكَةِ الْحَافِّينَ بِهِ إلّا جَعَلْتَهَا شِفَاءً مِنْ كُلِّ دَاءٍ وَ بُرْءاً مِنْ كُلِّ مَرَضٍ وَ نَجَاةً مِنْ كُلِّ آفَةٍ وَ حِرْزاً مِمَّا أَخَافُ وَ أَحْذَرُ.

Ensuite l’utiliser.


Il est rapporté que l’on lise sur le sceau en argile de la tombe
d’al-Hussein (psl) la sourate al-Qadr.
Il est également rapporté que si tu manges un peu de la turbah ou si tu en donnes à manger à quelqu’un, tu dis :
bi-smi-llâhi wa bi-llâhi, Allâ-humma, aj’alhu rizqann wâsi-‘ann,
wa ‘ilmann nâfi’ann, wa shifâ’ann min kulli dâ’inn, innaka ‘alâ kulli shay’inn qadîrunn.
Par le Nom de Dieu, par Dieu, mon Dieu, rends-la une ressource étendue, un savoir utile, une guérison de tout mal car Tu es Puissant sur toute chose !

بِسْمِ اللَّهِ وَ بَاللَّهِ اللَّهُمَّ اجْعَلْهُ رِزْقاً وَاسِعاً وَ عِلْماً نَافِعاً وَ شِفَاءً مِنْ كُلِّ دَاءٍ إِنَّكَ عَلَى كُلِّ شَيْ ءٍ قَدِيرٌ.

Je dis : Il y a pour la noble turbat beaucoup de profits : entre autres, il est recommandé d’en placer avec le mort dans la tombe, d’écrire avec sur le linceul, de se prosterner dessus.
-Il est rapporté que la prosternation dessus déchire les sept
voiles, entraîne l’acceptation de la prière au moment où elle s’élève dans les cieux.

Il est également recommandé de fabriquer des chapelets avec pour être utilisés pour les évocations ou tout simplement pour être mis entre les mains sans évocation. Cela aussi a beaucoup de faveurs et parmi elles que le chapelet glorifie Dieu dans les mains de son propriétaire sans que [ce dernier] ne [Le] glorifie. Et il est connu que cette glorification est considérée selon un sens particulier autre que les glorifications que chaque chose glorifie, comme Dieu Très-Elevé dit : {Il n’y a rien qui ne célèbre Ses Louanges mais vous ne comprenez pas leurs langues.}. 
La glorification qui est mentionnée dans ce propos rapporté est une glorification particulière de la turbah du Maître des martyrs (que nos âmes soient en rançon pour lui).


Il est rapporté d’ar-Rezâ (psl) :
« A celui qui égrène un chapelet en turbah d’al-Hussein (psl) et dit :
Subhâna-llâhi, wa-l-hamdu li-llâhi, wa lâ ilâha illâ-llâhu, wa-llâhu Akbar ! Gloire à Dieu, Louange à Dieu, il n’y a de Dieu que Dieu,
Dieu est plus Grand !
Dieu inscrit, pour chaque grain, 6000 bonnes actions et efface
6000 mauvaises actions, Il l’élève de 6000 degrés et confirme pour lui une intercession semblable. »


[II est rapporté de l’imam] as- Sâdeq (psl) : « Il est inscrit pour
chaque demande de pardon égrenée sur un chapelet en turbah d’al-Hussein ou en céramique, 70 demandes de pardon. Et à la personne qui tient le chapelet dans sa main sans glorifier Dieu avec, il est inscrit pour chaque grain 7 glorifications. »


Dans un propos rapporté de [l’imam] as-Sâdeq (psl), il est dit : Quand il (psl) se rendit en Iraq, des gens vinrent à lui et lui demandèrent : 
« Nous avons su que la turbah d’al-Hussein est une guérison de tout mal. Est-ce qu’il y a aussi une assurance contre toute peur ? » 
Il (psl) répondit : « Oui ! Celui qui veut que la turbah soit une protection contre toute peur, alors qu’il prenne le chapelet en turbah dans la main et qu’il dise 3 fois :
Asbahtu, Allâhumma, mu‘tasimann bi-dhimâmika wa jiwârika,
al-manî‘i al-ladhî lâ yutâwalu wa lâ yuhâwalu,
Je me suis levé ce matin, mon Dieu, m’accrochant à Tes rênes et cherchant protection auprès de Ton entourage invincible qui n’a pas d’égal en force ni en puissance,
min sharri kufli ghâshiminn wa târiqinn min sâ’iri man khalaqta, wa mâ khalaqta min khaliqika, as-sâmiti wa-n-nâtiqi
contre le mal de tout arbitraire et toute adversité, de ceux que Tu as créés et de tout ce que Tu as créé de Tes créatures silencieuses ou parlantes, 
fî junnatinn min kulli makhûfinn bi-libâsinn, sâbighatinn hasî-
natinn, wa hiya walâ’u ahli baytinabiyyika Muhammadinn, sallâllâhu ‘alayhi wa âlih,
dans un abri de toute chose effrayante, par un vêtement,
une longue cotte de mailles protectrice, qui est l’allégeance aux gens de la maison de Ton Prophète Mohammed (que Dieu prie sur lui et sursa famille),
muhtajizann min kulli qâsidinn lî ilâ adhiyyatinn bi-jidârinn
hasîninn : al-ikhlâsi fi-l-al-a‘tirâfi bi-haqqihim wa at-tamassuki bihablihim jamî‘ann,
me protégeant de toute personne me voulant du mal par un mur protecteur qui est la sincérité dans la reconnaissance de leur droit et la saisie de l’ensemble de leurs cordes
muqinann anna al-haqqa lahum wa ma’ahum, wa minhum, wa
fihim, wa bi-him
ayant la certitude que le droit est pour eux, d’eux, en eux et par eux
Ûwâlî man wâlaw wa u’âdî man ‘âdû, wa ujânibu man jânabû.
Je m’allie à ceux qui leur ont prêté allégeance, je suis hostile à ceux qui leur sont hostiles et évite ceux qui les évitent.
Fa-salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi wa a’idhnî, Allâhumma, bihim min sharri kulli mâ attaqîhi, yâ ‘azhîm.

Alors, prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed et protège-moi, mon Dieu, par eux de tout mal dont je me prémunis, ô Très Grandiose.
Hajaztu al-a‘âdiya ‘annî bibadî‘i-s-samâwâti wa-l-ard :
J’isole les ennemis loin de moi par le Créateur des cieux et de la terre [qui dit] :
Innâ ja‘alnâ min bayna aydîhim saddann wa min khalfihim
saddann fa-aghshaynâhum fahum lâ yubsirûna.
{Nous avons placé une barrière devant eux et une barrière derrière eux. Nous les avons enveloppés de toutes parts, alors ils ne voient rien.}

أَصْبَحْتُ [أَمْسَيْتُ ] اللَّهُمَّ مُعْتَصِماً بِذِمَامِكَ وَ جِوَارِكَ الْمَنِيعِ الَّذِي لا يُطَاوَلُ وَ لا يُحَاوَلُ مِنْ شَرِّ كُلِّ غَاشِمٍ وَ طَارِقٍ مِنْ سَائِرِ مَنْ خَلَقْتَ وَ مَا خَلَقْتَ مِنْ خَلْقِكَ الصَّامِتِ وَ النَّاطِقِ [فِي جُنَّةٍ] مِنْ كُلِّ مَخُوفٍ بِلِبَاسٍ سَابِغَةٍ حَصِينَةٍ وَ هِيَ وِلاءُ أَهْلِ بَيْتِ نَبِيِّكَ عَلَيْهِمُ السَّلامُ [مُحَمَّدٍ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَ آلِهِ ] مُحْتَجِزاً [مُحْتَجِباً] مِنْ كُلِّ قَاصِدٍ لِي إِلَى أَذِيَّةٍ بِجِدَارٍ حَصِينٍ الْإِخْلاصِ فِي الاعْتِرَافِ بِحَقِّهِمْ وَ التَّمَسُّكِ بِحَبْلِهِمْ جَمِيعاً مُوقِناً أَنَّ الْحَقَّ لَهُمْ وَ مَعَهُمْ وَ مِنْهُمْ وَ فِيهِمْ وَ بِهِمْ أُوَالِي مَنْ وَالَوْا وَ أُعَادِي مَنْ عَادَوْا وَ أُجَانِبُ مَنْ جَانَبُوا فَصَلِّ عَلَى مُحَمَّدٍ وَ آلِهِ وَ أَعِذْنِي اللَّهُمَّ بِهِمْ مِنْ شَرِّ كُلِّ مَا أَتَّقِيهِ يَا عَظِيمُ حَجَزْتُ الْأَعَادِيَ عَنِّي بِبَدِيعِ السَّمَاوَاتِ وَ الْأَرْضِ إِنَّا جَعَلْنَا مِنْ بَيْنِ أَيْدِيهِمْ سَدّا وَ مِنْ خَلْفِهِمْ سَدّا فَأَغْشَيْنَاهُمْ فَهُمْ لا يُبْصِرُونَ.

Puis, qu’il embrasse le chapelet, s’en frotte les yeux et qu’il dise :
Allâhumma, innî as’aluka, bi-haqqi hadhihi at-turbati al-mubârakati, wa bi-haqqi sâhibihâ wa bi-haqqi jaddihi wa bi-haqqi abîhi, wa bi-haqqi ummihi, wa bi-haqqi akhîhi, wa bi-haqqi wuldihi at-tâhirîn,
Mon Dieu, je Te demande, par le droit de cette turbah bénie, par le droit de son Maître, par le droit de son Aïeul, par le droit de son Père, par le droit de sa Mère, par le droit de son Frère, par le droit des Descendants purs,
aj‘alhâ shifâ’ann min kulli dâ’inn wa amanann min kulli khawfinn wa hifzhann min kulli sû’inn.
De la rendre une guérison contre toute maladie, une sécurité contre toute peur et une protection contre tout mal.

اللَّهُمَّ إِنِّي أَسْأَلُكَ بِحَقِّ هَذِهِ التُّرْبَةِ الْمُبَارَكَةِ وَ بِحَقِّ صَاحِبِهَا وَ بِحَقِّ جَدِّهِ وَ بِحَقِّ أَبِيهِ وَ بِحَقِّ أُمِّهِ وَ بِحَقِّ أَخِيهِ وَ بِحَقِّ وُلْدِهِ الطَّاهِرِينَ اجْعَلْهَا شِفَاءً مِنْ كُلِّ دَاءٍ وَ أَمَانا مِنْ كُلِّ خَوْفٍ وَ حِفْظا مِنْ كُلِّ سُوءٍ.

Puis, qu’il la mette sur son front. Celui qui fait cela le matin est sous la protection de Dieu Très-Elevé jusqu’au soir. Et celui qui le fait le soir est sous la protection de Dieu Très-Elevé jusqu’au matin.»

Il est rapporté dans un autre hadîth que celui qui a peur d’un despote ou autre, qu’il fasse cela au moment de sortir de sa maison.
Ce sera certainement une protection pour lui.[2]

Louange à Allah qui nous désigna parmi ceux qui s’attachèrent à la wilayat de l’Émir des croyants ainsi que celle des Imams Infaillibles que les bénédictions d’Allah soient sur eux.

الْحَمْدُ لِلَّهِ الَّذِی جَعَلَنَا مِنَ الْمُتَمَسِّکِینَ بِوِلاَیَةِ أَمِیرِ الْمُؤْمِنِینَ عَلیِّ بنِ أَبِی طالِب وَ الْأَئِمَّةِ عَلَیْهِمُ السَّلاَمُ

Que la bénédiction et la miséricorde d’Allah soient sur ceux qui ont choisi et suivi le droit chemin.

L’Islam véridique est le chiisme

Sunnisme.net

Mardi, le 14 mai 2019

Références :

[1]-At-Toyuryat d’Abî Tâhir As-Silafî Al-Isfahânî, page 912, édition Adhwâ us-Salaf.

[2]-Mafatih ul-Jinan

Share This:

Close