L’Islam : les musulmans chiites cherchent-ils à massacrer les sunnites ?

Questions :

1-Les musulmans chiites cherchent-ils à massacrer intentionnellement et systématiquement les musulmans sunnites ?


2-Le régime iranien cherche-t-il à massacrer intentionnellement et systématiquement les sunnites en s’alliant avec l’impérialisme et le sionisme pour lutter contre le sunnisme et propager le chiisme ?

Réponse à la première question :

-Premièrement : Selon le code pénal de la jurisprudence de l’islam chiite, il est absolument interdit dans la société islamique de tuer tout individu se trouvant sur le sol musulman, qu’il soit musulman ou pas, tant qu’il n’a pas été condamné à la peine capitale par un tribunal compétent pour une des raisons suivantes :
-Rébellion ou Muhariba [guerre] contre le gouvernement ou/et la communauté islamique.
-Homicide volontaire.
-Adultère avec une personne mariée.
-Viol.
-Et tout autre crime prouvé et méritant la peine capitale selon la loi.

Deuxièmement : La fatwa du Cheikh Mortadha Ansârî (N. 1800, M. 1864), le chef des Mouftis [juristes] traditionalistes chiites postérieurs et contemporains surnommé aussi « Cheikh A’dham ; en fr : le cheikh suprême », fait valoir que les sunnites non-nassibîs [ceux qui n’insultent pas et ne détestent pas les membres de la famille du Noble Prophète (sawaws)], sont considérés musulmans en ce qui concerne le droit de musulman, même si à cause de leur ignorance ou leur sectarisme, ils haïssent les musulmans chiites.
Conformément à cette fatwa, dans une société islamique chiite :
-Les sunnites, ainsi que la sueur de leur corps et leurs matériaux sont purs.
-La vie, l’honneur, les droits fraternels et les biens des sunnites sont impérativement respectés.
-La viande abattue rituellement par les sunnites est Halal et les chiites peuvent en manger.
-Les défunts chiites peuvent être enterrés dans les cimetières sunnites et vice-versa.
-Le mariage entre les chiites et les sunnites, est permis.
-Il est permis de prier dans les mosquées sunnites et vice-versa.
-Un sunnite qui a volontairement assassiné un chiite en considérant ce dernier comme étant non-musulman, est considéré toujours musulman, mais il doit être condamné par un tribunal compétent, à la peine qui correspond à son crime et il y a les mêmes conséquences pour le cas d’un chiite qui a volontairement assassiné un sunnite pour un motif sectaire [ la loi du talion s’applique].
-Tout préjudice corporel à l’égard d’un sunnite, causé volontairement par un chiite, doit être puni par un tribunal compétent, il y a les mêmes conséquences pour le cas d’un sunnite ayant causé volontairement un préjudice corporel à l’égard d’un chiite.

Comme cité ci-dessus, selon ce décret, les chiites ne sont pas autorisés à tuer et persécuter les sunnites ou usurper et endommager leurs biens, une fatwa qui est régulièrement respectée par les musulmans chiite depuis son émission.
-Le consensus des juristes musulmans duocédimains qui succèdent au Cheikh Ansârî, consiste dans le fait que cette fatwa historique du Cheikh est toujours valable.

Mais quelle était la position du chiisme envers les sunnites avant la fatwa de Cheikh Ansârî ?
En effet avant l’émission de cette fatwa, il n’y avait pas de consensus faisant valoir l’islamité des sunnites, et les avis des oulémas divergeaient à ce sujet.

Par ailleurs, il est bon de savoir que selon Ayatollah Sistani, la plus haute autorité religieuse des musulmans chiites irakiens, qui a d’ailleurs le plus grand nombre de suiveurs, parmi l’ensemble des références religieuses chiites du monde, « les sunnites ne sont pas nos frères, mais ils sont plutôt nos âmes. », une fatwa qui a mis fin aux conflits chiites-sunnites en Irak, déclenchés suite à la chute de Saddam, par les anciens membres du parti dissolu « Baas » et le groupe terroriste « Al-Qaïda » qui ont d’ailleurs causé la mort des centaines de milliers de civils irakiens majoritairement chiites, notamment dans les attentats-suicides.
Donc la majorité des musulmans chiites qui sont ‘Ossulites (ceux qui consultent les oulémas pour leurs questions juridiques quotidiennes en évitant d’interpréter et appliquer les hadiths et les versets selon leur goût et leur compréhension personnelle, respectent formellement la conclusion du consensus de leurs oulémas.

Réponse à la deuxième question :

Selon une règle universelle, la politique n’a pas de religion
-La religion et la politique ne sont pas compatibles.
-Les dirigeants et les politiciens ne peuvent donc en aucun cas représenter la religion.
-La politique saine et sainte qui est conforme aux lois Divines n’existe que quand elle est appliquée par le Prophète ou/et son Calife légitime.


Donc dire que le régime iranien est un régime chiite qui cherche à répandre l’islam chiite, n’est pas conforme à la règle universelle de l’irréligiosité de la politique.
Donc le gouvernement iranien (comme tout autre régime) agit en fonction de ses intérêts géopolitiques et son hégémonie régionale.
S’il a, selon le contexte et la situation, intérêt à soutenir les sunnites contre les chiites, il n’hésitera pas à le faire.
La preuve en est qu’après la chute du régime communiste et prosoviétique d’Afghanistan, par les Moudjahidin, l’Iran a soutenu pleinement le gouvernement de ces derniers qui était d’ailleurs en guerre contre le « Parti de l’unité islamique d’Afghanistan », un groupe de Moudjahidin constitué des chiites de l’ethnie hazara s’opposant au nouveau régime en l’accusant de discrimination religieuse et raciale.
Une guerre civile qui a aboutit au massacre de 20000 civils et miliciens chiites hazaras dans le quartier d’Afshar à l’ouest de Kaboul, la capitale afghane.
Alors que durant la même période
, l’Iran soutenait pleinement le Hezbollah, un groupe militaire chiite libanais pour « résister » à l’Israël.
La politique du « deux poids, deux mesures » du régime de Téhéran a fait que beaucoup de chiites afghans n’ont pas un bon souvenir de lui et ont donc appris à s’en méfier désormais.
Durant les années 2000, l’Iran a même soutenu le groupe terroriste al-Qaïda en Irak, pour faire nuire aux américains afin d’éviter qu’ils ne l’envahissent, une fois l’Irak stabilisée.
Tandis qu’à cette période le groupe terroriste n’a pas hésité à massacrer les chiites irakiens.
Quant à la guerre civile syrienne, l’Iran a trouvé que c’était dans son intérêt de soutenir le parti Baas syrien qui est au pouvoir.

Nous pouvons donc en conclure que le soutien du régime iranien au chiisme et aux chiites est relatif et le cas contraire peut aussi se produire, ce qui n’est pas sans précédent, d’après ce que nous venons d’exposer.

Les dirigeants iraniens soutiennent donc toujours les mouvements et les gouvernements (qu’ils soient dits chiites ou sunnites et quels que soient leurs dogme, idéologie et but) appliquant des politiques favorables aux intérêts géopolitiques et l’hégémonie régionale de l’Iran.

Cette petite étude de l’histoire prouve :
Que l’Iran s’allie avec l’impérialisme et le sionisme pour massacrer les musulmans sunnites ou non, une chose est sûre et certaine :

Ceux qui sèment la zizanie dans le monde islamique en faisant discours à la haine et en mettant nos frères sunnites en garde contre nos frères chiites, en leur disant que « les chiites sont des mécréants et des ennemis de l’islam », sont consciemment ou inconsciemment, au service des ennemis de l’islam. Car c’est à cause de ces Da’wa à la haine que beaucoup de jeunes musulmans ignorants et vulnérables sont tombés dans le piège du radicalisme, ont rejoint les groupes terroristes et contribué aux crimes dans les guerres civiles en Syrie et en Irak.

Nous invitons donc tous les musulmans chiites et sunnites à s’éloigner de la politique, à se concentrer sur l’apprentissage de leur religion (en se référant aux sources authentiques et non pas aux prêches des extrémistes manipulateurs soi-disant oulémas) et à la méditation rationnelle là-dessus afin de parachever leur foi au lieu de se consacrer gratuitement aux intérêts des Sultans.

Louange à Allah qui nous désigna parmi ceux qui s’attachèrent à la wilayat de l’Émir des croyants ainsi que celle des Imams Infaillibles que les bénédictions d’Allah soient sur eux.

الْحَمْدُ لِلَّهِ الَّذِی جَعَلَنَا مِنَ الْمُتَمَسِّکِینَ بِوِلاَیَةِ أَمِیرِ الْمُؤْمِنِینَ عَلیِّ بنِ أَبِی طالِب وَ الْأَئِمَّةِ عَلَیْهِمُ السَّلاَمُ

Que la bénédiction et la miséricorde d’Allah soient sur ceux qui ont choisi et suivi le droit chemin.

Sunnisme.net

Samedi, le 11 janvier 2020

Share This:

4 Comments

  1. L’Iran allié aux talibans ? c’est une blague j’espère ?
    Ces informations ont été démentis à plusieurs reprises

    Le parti islamique de l’unité et Téhéran entretiennent de bonnes relations.

    • Certes, j’ai oublié de citer que l’Iran soutient les Talibans aussi pour nuire aux américains en Afghanistan.
      Mais dans l’article, j’ai parlé du soutien de l’Iran au gouvernement des moudjahidin qui détenait le pouvoir entre 1991 et 1995 dont le chef d’armée était le fameux Ahmad Shah Masoud

    • Il n’y a pas de taqîya, car les sunnites sont dans l’apparence musulmane, mais pas dans la croyance en ce qui concerne la soumission envers les califes élus du Messager d’Allah (sawaws).
      La jurisprudence prend en compte l’apparence et pas le fond des gens.
      Donc c’est une règle juridique que les droits de musulmans s’appliquent aux sunnites.
      Si c’était de la taqîya, on n’appliquerait pas la loi du talion à un chiite ayant fait mal à un sunnite.
      Car la taqîya marche tant qu’elle protège, à partir du moment où elle ne protège pas les vies, et les mets plutôt en danger, sa pratique est hors question.
      Même si ce serait de la taqîya, cette pratique coranique, c’est un exemple à suivre par les savants sunnites, c’est à dire qu’ils fassent aussi la taqîya afin d’augmenter le niveau de la tolérance afin de rendre la coexistence faisable. Lorsque nous, on est prêt à prendre du recul et garder pour nous, notre position envers les sunnites et mettre en vigueur ce qui contredit notre croyance afin de créer une ambiance fraternelle, pourquoi les sunnites ne font pas la même chose de leur côté ?

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*