L’ambiguïté : les chiites hazaras sont les descendants des mongols !

Les chiites d’Afghanistan qui sont principalement de l’ethnie minoritaire Hazara, descendent-ils des Mongols ayant envahi les terres de l’Asie occidentale au XII siècle grégorien ? Si oui, ont-ils participé à l’extermination des livres de narrations chiites ?

Réponse : en analysant l’histoire du peuple Hazara selon les éléments historiques les plus neutres et authentiques, nous nous rendons compte que les Hazaras habitent au Grand-Khorassan (l’Afghanistan actuelle) depuis des milliers d’années et leur présence dans cette terre ne date pas du XIIe siècle grégorien.
Voici quelques informations courtes et essentielles à retenir au sujet du peuple chiite Hazara :
1-Une des provinces Hazarajat (Hazaras) du Khorassan, c’est la province montagneuse de Ghur en Afghanistan actuel. Les Habitants de cette province furent parmi les premiers à avoir accepté la wilayat de l’Émir des croyants l’imam Ali alayhi salam, et à s’être convertis à l’islam véridique duodécimain pendant les premières décennies après l’apparition de l’islam et ce sous la gouvernance bénie du Prince des croyants (psl).
2-Lors de prise du Califat, l’imam Ali alayhi salam envoya une bannière au gouverneur de Ghur et reconfirma sa désignation à cette fonction. De ce fait, la wilayat des Ahl ul Beit alayhim salam s’est fortifiée dans le cœur des habitants de Ghur. Selon les dires des historiens tels que Sahib Tabaqat Nacérî et Farid Eddîn Mubarak Shah Marw Rudî le compilateur de Tarikh Salatîn Ghur, les Habitants de Ghur, se sont convertis à l’islam sous la gouvernance de l’Émir des croyants Ali Ibn Abî Talib (psl). Le gouverneur de Ghur de l’époque était un des enfants de Zahhak et détenait une ordonnance manuscrite et émise par le Lion Victorieux de Dieu, Ali Ibn Abi Talib (psl) qui le déterminait comme le gouverneur de cette province. Ses descendants étaient fiers de cette ordonnance et elle existait jusqu’à l’époque de Bahram Shah Ibn Mas’oud Ghaznaoui.
3-Après l’usurpation du Califat par Mou’awiya et donc durant la gouvernance tyrannique des Omeyyades, les Hazaras ayant auparavant accepté le chiisme, furent le seul peuple insoumis à leurs politiques injustes;  Zamajî Isfazarî écrivit à ce propos : Les Hazaras sont fiers du fait qu’à l’époque des Omeyyades, tout le monde sur l’ensemble du territoire islamique maudissait les Ahl ul Beit alayhim salam, sauf la province de Ghur où les magistrats Omeyyades n’ont pas pu entrer.
3-Suite au refus des Hazaras de se soumettre aux Omeyyades et de maudire et injurier l’imam Ali alayhi salam dans les mosquées et sur les minbars, les Omeyyades ont envahi la province insoumise en accusant les Hazaras de s’être apostasiés . Ils ont donc envoyé en 47 hégirien, leurs troupes sous le commandement de Hakam Ibn ‘Amr pour étouffer les Hazarajat insoumises. Au cours de cette invasion, les soldats Omeyyades n’ont pas manqué de massacrer les Hazaras de Ghur, de les mettre en esclavage et d’usurper leurs biens.
4-La présence d’un grand nombre de Khorassanîs parmi les partisans de Zayd Ibn Ali, la présence de Yahya Ibn Zayd dans certaines villes du Grand-Khorassan telles que Balkh, Herat et Jawzjan, son soulèvement depuis cette zone en 121 hégirien contre la tyrannie Omeyyade, le séjour de Muhammad Ibn Qacîm (un des descendants de l’imam Zayn ul-‘Àbidîn ‘alayhi salam) à Jawzjan, le séjour de Muhammad Dibaj, le fils de l’imam Sadeq alayhi salam à Herat prouvent tous que les Hazarajat sont parmi les tout premiers peuples persans s’étant soumis à la wilayat des Gens de la demeure prophétique que la paix soit sur eux.
Ya’qubi l’historien omarite confirme la réalité de l’existence des chiites dans la région du Grand-Khorassan lors du soulèvement de Zayd Ibn Ali, et leur soutien à ce dernier, grâce auquel il a pu à plusieurs reprises vaincre les troupes des Omeyyades, notamment l’armée de ‘Amr Ibn Zurara, le gouverneur de Neyshabur, composée de 10,000 soldats.
Lawrence Lockhart l’iranologue britannique confirme la crédibilité de cette théorie en écrivant :
Les Hazaras habitaient dans les zones montagneuse du nord et de l’ouest de l’Afghanistan, là où il y a la sources du rivière de Helmand. Ils étaient de confession chiite et parlaient persan.

5-Un bon nombre d’entre les compagnons de nos Imams ‘alayhim ussalam, rapporteurs et collecteurs de leurs hadiths était aussi composé par les habitants du Grand-Khorassan, une preuve de plus que les chiites hazaras étaient déjà présents dans cette région bien avant l’invasion menée par les Mongols au XIIe siècle grégorien :
1-Abu Khalid Kabulî, un des compagnons de l’imam al-Baqer et de l’imam Zayn ul-‘Âbidîn ‘alayhim assalam.
2-Zahhak Ibn Muzahim Balkhî, un des compagnons de l’imam Sajjad ‘alayhi ssalam.
3-Ibrâhîm Ibn Muhammad Rakhajî un des compagnons de l’imam Sajjad ‘alayhi ssalam, 4-Maqatil Ibn Maqatil Balkhî, un des élèves de l’imam Reza ‘alayhi ssalam
5-Ardeshîr Kabulî, narrateur de hadiths chiites
6-Ibn Mâjed Kabulî, un des compagnons des infaillibles alayhim ussalam et narrateur de leurs hadiths.
7-Bashîr Kabulî, un des compagnons des infaillibles alayhim ussalam et narrateur de leurs hadiths.
8-Abul Qacîm, Nasr Ibn Janah Balkhî, l’auteur des livres « Firaq uSh-Shî’a » et « Ma’rouf un-Naqilin ».
9-Muzaffar Ibn Muhammad Ibn Ahmad surnommé Abul Jaysh Balkhî un des personnages connus chiites et l’auteur de plusieurs ouvrages pour défendre la cause de l’imamat.
10-Seyyed Abul Hassan Ali Ibn Abi Talib, un des nobles de Balkh au Ve siècle hégirien, enterré au mausolée attribué à l’imam Ali (psl) à Mazare Sharîf,
11-Abu Muhammad Hassan Ibn Ali Balkhî, Muhaddith et érudit.
12-Abul Hassan Bayhaqî, l’auteur du livre Rawzat uSh-Shuhada, prêcheur et l’exegète à Herat.

5-Cheikh Sadouq étant un des plus grands érudits chiites et originaire de Qom se réfugia à un village chiite dans la province de Balkh, en raison de l’oppression des chiites de Qom par le gouvernement tyrannique de son époque. Les chiites de Balkh le reçurent chaleureusement et lui demandèrent de leur compiler un livre sur la jurisprudence. Cheikh Sadouq procéda donc dans ce village à la compilation de son plus important ouvrage, c’est à dire : Man Lâ Yahzoroho ul-Faqîh.

Compte tenu de tous ces éléments historiques;

1-Les Hazaras ne sont pas  les descendants des mongols et participants à l’extermination des livres chiites.

2-Leur présence dans la région du Grand-Khorassan remonte jusqu’à la période pré-Islamique et ils sont considérés comme le plus ancien peuple du Khorassân. 

3-Ils furent parmi les tout premiers peuples à s’être soumis à la wilayat des Imams Infaillibles (pse) et à s’être opposés à leurs ennemis.

4-Certains Hazaras étaient compagnons de nos Imams (pse) et rapporteurs de leurs hadiths.

5-Ce fut encore chez eux à Balkh que Cheikh Sadouq se réfugia et ce furent eux qui lui demandèrent de leur éditer le recueil de Hadiths Man Lâ Yahzoroh ul-Faqih, et ce bien avant l’invasion mongole. 

Il n’y a donc pas de lien historique valable et clair entre eux et les mongols.

6-Certains prétendent que les Séfévies ont rendus les Hazaras chiites d’une main de fer, alors que les textes historiques authentiques datant de l’époque des Séfévides, confirment que les Hazaras l’étaient déjà bien avant la domination de l’Afghanistan par la dynastie Séfévide.

Alexandre Beig Turkman écrivit dans son livre d’histoire nommé  »Târîkh-e Omara-ye ‘Abbasî : Les Hazaras étaient déjà chiites avant l’époque de Shah Abbas. Deux ou trois milles soldats Hazaras sous le commandement de Dîn Muhammad Khân Ouzbek, combattirent Shah Abbas.

Pourquoi il y a autant d’ambiguïtés au sujet de l’histoire des chiites Hazaras ?

Réponse : 
Ces ambiguïtés ont été entraînées par les ennemis à l’aide de l’absence d’ouvrages considérables enregistrant et documentant l’histoire des Hazaras, de sorte qu’il y a très peu d’éléments historiques les connectant à leur passé. Une grande partie de cette problématique a été suscitée par leur discrimination menée par le pouvoir en place durant les deux derniers siècles. Dans ce processus, le pouvoir a d’abord forcé les Hazaras à s’émigrer vers les zones de haute montagne centraux du pays, afin de les déconnecter du monde extérieur et assiéger par des populations sunnites. Une fois qu’ils ont été coupés du monde et des centres d’enseignement religieux de Najaf et de Mash’had, ils se retrouvèrent confrontés à une régression dans tous les sens. En 1893 grégorien, la situation s’empira encore et ils allèrent jusqu’à se faire massacrer quasi-totalement par les nawassibs qui les attaquèrent sur l’ordre d’Abdul Rahman le tyran pachtoune soutenu par les fatwas des oulémas omarites, les excommuniant en les qualifiant de « Rafidhis apostats »
Depuis ce massacre, malgré que l’Afghanistan fusse gouverné par des dirigeants modernistes, la situation du peuple hazara demeura plus ou moins inchangée (toujours les mêmes discrimination, oppression, privation).
Par conséquent, une grande partie de la population hazara fut privée des droits civiques, de la pédagogie et des études universitaires. De même ceux d’entre eux qui vivaient en ville, subissant les conséquences économiques, ne pouvaient pas s’instruire jusqu’à la révolution de 1978, contre le pouvoir proche de l’ex-URSS et la vague d’immigration qu’elle a provoquée, suite à laquelle les immigrés Hazaras ont tardivement et partiellement eu l’occasion de progresser en littérature en étudiant en Iran et au Pakistan.
Ce sont les dirigeants communautaristes omarito-pachtounes qui ont inventé et propagé de fausses histoires sur les Hazaras en les étiquetant comme des étrangers descendants des troupes d’envahisseurs mongols.

Ceux d’entre les soi-disant chiites qui pensent rabaisser les chiites Hazaras en les traitant de « mongols », n’agissent qu’en faveur de la discrimination de ce peuple opprimé menée par les ennemis des Ahl ul Beit (pse). Ils sont sûrement assez matures pour être conscients des conséquences de ce qu’ils disent et devront un jour rendre des comptes.

Louange à Allah qui nous créa de la terre et qui désigna l’Imam Ali (psl) comme notre père et qui nous désigna parmi ceux qui s’attachèrent à sa wilayat ainsi que celle des Imams Infaillibles que les bénédictions d’Allah soient sur eux.

Que la bénédiction et la miséricorde d’Allah soient sur ceux qui ont choisi et suivi le droit chemin.

L’Islam véridique est le chiisme

Sunnisme.net

Vendredi, le 07 décembre  2018


Références :

[1]-Tarikh Ghurian, page 12, 13

[2]- Mukhtaçar ul-Manqul Dar Tarikh Hazara Wa Moghul, pages 119 & 120

[3]-Hawzah.net

[4]-tebyan.net

Share This:

Close