Le sunnisme : Pourquoi il ne faut pas insulter les « compagnons » ?

 

Un sunnite omarite avait posté ce message sur notre page facebook :

« Anas dit : les compagnons du Prophète (sawaws) dirent : Ô l’Envoyé de Dieu, nous insultons [les uns les autres]. Le Messager d’Allah (sawaws) leur  dit :  »Quiconque insulte mes compagnons, que la malédiction d’Allah, des anges, et de tous les humains soit sur lui. »  Rapporté par Tabarânî »

حَدَّثَنَا الْحُسَيْنُ بْنُ عَلِيٍّ الصُّدَائِيُّ ، أَخْبَرَنَا أَبِي ، أَخْبَرَنَا أَبُو شَيْبَةَ الْجَوْهَرِيُّ ، عَنْ أَنَسٍ ، قَالَ : قَالَ أَصْحَابُ رَسُولِ اللَّهِ : يَا رَسُولَ اللَّهِ , إِنَّا نُسَبُّ , فَقَالَ رَسُولُ اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ :  » مَنْ سَبَّ أَصْحَابِي فَعَلَيْهِ لَعْنَةُ اللَّهِ ، وَالْمَلائِكَةِ ، وَالنَّاسِ أَجْمَعِينَ ، لا يَقْبَلُ اللَّهُ مِنْهُ صَرْفًا وَلا عَدْلا

 

Notre Réponse :

Il y a une belle expression en persan qui dit :

« Le menteur perd la mémoire »

Ce hadith est inventé par les savants majousso-sunnites de l’époque des Tâbé’ins et des Abbassides qui n’ont entendu guère le Messager d’Allah (sawaws) parler.

Ils n’étaient pas du tout professionnels dans leur boulot de fabrication de hadith, car le mot arabe « Sahabi » se traduit par le mot « interlocuteur » en français, ce qui est faussement traduit par le mot « Compagnon ».

Dans ce hadith inventé et faussement attribué au Messager d’Allah (sawaws) Ce Dernier aurait dit à son ou/et ses interlocuteur(s) (sahabis) :

« N’insultez pas mes interlocuteurs, Quiconque insulte mes interlocuteurs, que la malédiction d’Allah, des anges et de tous les humains soit sur lui. »

Tous ceux qui entendent le Messager d’Allah (sawaws) parler, ont été et sont considérés comme ses interlocuteurs (sahaba).

Est-il logique qu’une personne adresse la parole à ceux qui l’entendent (ses interlocuteurs) en leur disant :

« Que Dieu maudisse celui d’entre vous (mes interlocuteurs) qui insulte mes interlocuteurs » ?

N’est-ce pas qu’ils  lui diront tous : « Ta parole est paradoxale car nous qui entendons ta parole, sommes tous tes interlocuteurs. »

sunnisme.net / Que Dieu maudisse celui d'entre vous (mes interlocuteurs) qui insulte mes interlocuteurs »

sunnisme.net / Que Dieu maudisse celui d’entre vous (mes interlocuteurs) qui insulte mes interlocuteurs »

C’est donc illogique qu’une personne dise à ses interlocuteurs : « Que Dieu vous maudisse si vous insultez mes interlocuteurs » et cela n’a aucun sens.

C’est là que la fausseté de ce hadith se démontre automatiquement et fait tomber à l’eau le dogme du respect des hypocrites d’entre les compagnons.

Toutefois si l’on imagine que ce hadith soit authentique et logique et qu’est maudit quiconque maudit ou/et insulte les hypocrites d’entre les entourages du Noble Messager de Dieu (sawaws), dans ce cas-là la plupart de ces mêmes compagnons hypocrites sont les premiers à être concernés par la malédiction de ce hadith, car ils se sont de nombreuses fois insultés et maudits entre eux-mêmes , dont nous vous citons ci-dessous un exemple authentifié par  Hâkim Neyshabûrî le concitoyen de Muslim et le savant sunnito-majouss iranien dans lequel Omar Ibn Khattab le tyran insulte son collègue Abu Hurayra le menteur en le traitant de traître et ennemi de Dieu !

« M’informa Abubakr Muhammad Ibn Ahmad al-Muzakki d’Abdallah Ibn Rawh al-Madâenî de Yazîd Ibn Haroun de Hishâm Ibn Hassân de Muhammad Ibn Sîrîn d’Abu Hurayra que ce dernier dit : ‘’Omar me dit : Ô ennemi d’Allah et ennemi de l’islam ! Tu as détourné l’argent de Dieu ! Abu Hurayra rajouta : je dis à Omar : Je ne suis pas ennemi de Dieu, ni celui de l’islam, mais je suis celui des leurs ! Je n’ai pas détourné l’argent de Dieu. Mais c’est l’argent du commerce de mes chameaux qui s’est accumulé. Omar lui répéta une deuxième fois  tout cela et Abu Hurayra lui répéta sa réponse. Abu Hurayra rajouta : Omar [ne fut pas convaincu] et m’obligea de lui restituer  12000 (dirhams ou dinars)…’’ »

Le commentaire du compilateur du livre :

« Ce hadith est d’une chaîne de transmission authentique selon les conditions des deux cheikhs (Muslim et Bukharî), mais ils ne l’ont pas rapporté. »

Source sunnite :

Al-Moustadrak Alas Sahihayn, tome 2, page 378, hadith N°464/3327

 

أَخْبَرَنِي أَبُو بَكْرٍ مُحَمَّدُ بْنُ أَحْمَدَ الْمُزَكِّي بِمَرْوَ، ثَنَا عَبْدُ اللَّهِ بْنُ رَوْحٍ الْمَدَاينِيُّ، ثَنَا يَزِيدُ بْنُ هَارُونَ، أَنْبَأَ هِشَامُ بْنُ حَسَّانَ، عَنْ مُحَمَّدِ بْنِ سِيرِينَ، عَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ رَضِيَ اللَّهُ عَنْهُ قَالَ‏:‏ قَالَ لِي عُمَرُ‏:‏ يَا عَدُوَّ اللَّهِ وَعَدُوَّ الْإِسْلَامِ خُنْتَ مَالَ اللَّهِ قَالَ‏:‏ قُلْتُ‏:‏ لَسْتُ عَدُوَّ اللَّهِ، وَلَا عَدُوَّ الْإِسْلَامِ، وَلَكِنِّي عَدُوُّ مَنْ عَادَاهُمَا، وَلَمْ أَخُنْ مَالَ اللَّهِ، وَلَكِنَّهَا أَثْمَانُ إِبِلِي، وَسِهَامٌ اجْتَمَعَتْ‏.‏ قَالَ‏:‏ فَأَعَادَهَا عَلَيَّ وَأَعَدْتُ عَلَيْهِ هَذَا الْكَلَامَ قَالَ‏:‏ فَغَرَّمَنِي اثْنَيْ عَشَرَ أَلْفًا قَالَ‏:‏ فَقُمْتُ فِي صَلَاةِ الْغَدَاةِ، فَقُلْتُ‏:‏ اللَّهُمَّ اغْفِرْ لِأَمِيرِ الْمُؤْمِنِينَ، فَلَمَّا كَانَ بَعْدَ ذَلِكَ أَرَادَنِي عَلَى الْعَمَلِ، فَأَبَيْتُ عَلَيْهِ، فَقَالَ‏:‏ وَلِمَ وَقَدْ سَأَلَ يُوسُفُ الْعَمَلَ وَكَانَ خَيْرًا مِنْكَ‏؟‏ فَقُلْتُ‏:‏ إِنَّ يُوسُفَ نَبِيٌّ، ابْنُ نَبِيٍّ، ابْنِ نَبِيٍّ، ابْنِ نَبِيٍّ، وَأَنَا ابْنُ أُمَيْمَةَ، وَأَنَا أَخَافُ ثَلَاثًا وَاثْنَتَيْنِ قَالَ‏:‏ أَوَلَا تَقُولُ خَمْسًا‏؟‏ قُلْتُ‏:‏ لَا‏.‏ قَالَ‏:‏ فَمَا هُنَّ‏؟‏ قُلْتُ‏:‏ أَخَافُ أَنْ أَقُولَ بِغَيْرِ عِلْمٍ، وَأَنْ أُفْتِيَ بِغَيْرِ عِلْمٍ، وَأَنْ يُضْرَبَ ظَهْرِي، وَأَنْ يُشْتَمَ عِرْضِي، وَأَنْ يُؤْخَذَ مَالِي بِالضَّرْبِ‏.‏

هَذَا حَدِيثٌ بِإِسْنَادٍ صَحِيحٍ عَلَى شَرْطِ الشَّيْخَيْنِ وَلَمْ يُخْرِجَاهُ‏.‏

sunnisme.net / Al-Moustadrak Alas Sahihayn, tome 2, page 378, hadith N°464/3327

sunnisme.net / Al-Moustadrak Alas Sahihayn, tome 2, page 378, hadith N°464/3327

 

Comme vous l’avez lu, selon ce hadith sunnite authentifié, Omar « le compagnon » traite Abu Hurayra « le compagnon » d’ennemi de Dieu et de l’islam en l’accusant d’avoir volé le bien public.

Malgré les serments d’Abu Hurayra, Omar ne croit pas en sincérité de ce « compagnon » du Messager d’Allah (sawaws) et l’oblige donc à restituer le bien public en continuant  à le considérer comme étant traître (voleur), et ennemi de Dieu et de l’Islam.

Par conséquents Omar (étant considéré un grand compagnon du Messager d’Allah par les sunnites omarites) qui a mal traité et insulté Abu Hurayra (un autre compagnon du même prophète) est maudit par Allah, les anges et les gens  selon le premier hadith.

Que la paix et la miséricorde de Dieu soient sur ceux qui ont choisi et suivi le droit chemin.

L’islam véridique est le chiisme

Cheikh ul-Islam Ismaïl Safavî

Sunnisme.net

Lundi, le 21 novembre 2016

 

Share This:

Close