L’Islam : petit coup d’œil sur l’histoire du soufisme en Iran

Le soufisme s’est progressivement répandu dans la communauté sunnite omarite ainsi que dans celle de l’islam chiite après l’invasion mongole.
Puisque à cette époque-là d’une part une forte mélancolie sociale à cause de l’oppression mongole avait touché la communauté majoritaire sunnite qui venait de perdre sa majesté et prospérité tyranniques et d’autre part les cultes soufis avaient plus de liberté sous la domination mongole. Quant à la propagation du soufisme dans la communauté musulmane chiite, les ignorants d’entre les chiites confondaient le soufisme qui a dans l’apparence l’amour et le respect envers les Imams des Ahl ul Beit (pse) avec l’école spirituelle exotérique du chiisme qui les invite à s’éloigner du pouvoir et s’abstenir de se soulever en absence de l’Imam Infaillible (psl).  Cette confusion a abouti à la propagation du soufisme et l’affaiblissement de la jurisprudence au sein de la communauté chiite majoritairement installée en Iran, de sorte que 300 ans après l’invasion mongole, lors du soulèvement d’Ismail Safavi l’ancien soufi chafiite converti au chiisme, il a pu conquérir l’Iran et instaurer son pouvoir en s’appuyant sur son armée constituée des combattants fidèles de son culte soufi.

Mais c’est à partir de cette époque que le soufisme a commencé à s’affaiblir dans la communauté chiite, parce que les Rois Safavis avaient besoin des juristes chiites afin de légitimer juridiquement leur pouvoir et autorité et de propager et renforcer le chiisme et sa jurisprudence sur le territoire qu’ils avaient possédé. Ils ont donc soutenu les savants chiites et vice-versa.

En s’approchant de l’empire, ces derniers n’ont pas hésité à lutter contre le soufisme en Iran, de tel que les cultes soufis se sont au fur et à mesure isolés et affaiblis dans la société islamique chiite durant les 450 ans qui ont suivi le soulèvement du Roi Ismail Safavi étant lui-même d’un culte soufi.

Mais ce processus s’est cessé, voir même inversé depuis la révolution iranienne de 1979 dont le Leader était fan des croyances d’Ibn ‘Arabî (M. en 638 H.) un soufi sunnite qui attribuait la wilayat Takwini (puissance surnaturelle de dominer  l’univers) à Mou’awiya le tyran mécréant et qui prétendait voir la face cachée des musulmans duodécimains  en forme de cochons !

soufisme en iran

 

Sayyeda Tabâtabâï a dit :
«Un jour j’étais auprès de l’imam [Khomeini}  en train d’apprendre le Fusûs al-Hikam {d’Ibn Arabî}.
Alors Sayyed Ahmad {fils de Khomeini} est entré. l’imam {Khomeini} s’est adressé à lui et lui a dit :
Nous nous sommes soulevés afin d’enseigner le livre de Fusûs al-Hikam avant d’enseigner le livre de Jâmi’ ûl-Moqaddimât {le livre par lequel on commence les études en hawza }. »
Source :
Qabaçât Min Sîratil Imam Al-Khomeini, Al-Hâlat ul-‘Ibâdîya wal-Ma’nawîya de Gholâm Ali Rajâî. page 315.

sunnisme.net / Qabaçât Min Sîratil Imam Al-Khomeini, Al-Hâlat ul-‘Ibâdîya wal-Ma’nawîya de Gholâm Ali Rajâî. page 315.

sunnisme.net / Qabaçât Min Sîratil Imam Al-Khomeini, Al-Hâlat ul-‘Ibâdîya wal-Ma’nawîya de Gholâm Ali Rajâî. page 315.

 

 

Khomeini écrivit une lettre à Gorbachof dans laquelle, il l’invita à apprendre la sagesse en étudiant les ouvrages d’Ibn Arabî :

« …Je ne vais pas vous importuner plus et je ne citerai pas les livres des gnostiques, en particulier de Mohye d-dîn Ibn ‘Arabî. Si vous souhaitiez prendre connaissance des questions traitées par cet homme éminent, envoyez à Qom quelques-uns de vos experts à l’esprit pénétrant et ayant une solide maîtrise de ce genre de questions, afin qu’en quelques années, en s’en remettant à Dieu, ils prennent connaissance de la profondeur spirituelle et des subtilités extrêmement fines des étapes de la Connaissance gnostique*, car il n’est pas possible de prendre connaissance de cela sans ce voyage. »

 

Cette lettre est disponible sur internet et il suffit de la rechercher sur google.

Aujourd’hui l’état iranien soutient fortement le soufisme et vice-versa dans les hawzas(séminaires religieuses) et l’actuel guide suprême de la révolution a déclaré dans une réunion avec les poètes :

« Mathnaoui (livre de poèmes de Jalâl Eddin Balkhî le soufi) est le fondement du fondement du fondement de ma religion ».

 

Rédaction par :

Cheikh ul-Islam Ismail Safavî

Sunnisme.net.

Vendredi, le 02 juin 2017.

 

 

Share This:

Close