L’islam : pourquoi les jurisconsultes véridiques ont toujours évité d’entrer en politique ?

Pourquoi les jurisconsultes musulmans chiites duodécimains ne reconnaissent aucune forme d’état islamique et évitent d’entrer en politique ?
Il y a plus de 100 ans, Cheikh Mirza Nayînî et Akhund Khorassânî Ridhwânullah ‘Alayhimâ discutèrent ensemble au sujet de la wilayat ul-Faqîh (autorité du juriste) et de la création d’un quelconque état/gouvernement islamique.
Akhund Khorassânî (rh) écrivit une lettre à son élève Mirza Nâyînî (rh) dans laquelle il cita une vingtaine de contre-arguments réfutant la nécessité de la création d’un éventuel état soi-disant islamique par les juristes et les religieux chiites et stipula ses effets négatifs dont nous vous avons traduit le résumé :

1-En cas de fondation d’un tel gouvernement, les fidèles des autres religions seront aussi incités à créer des gouvernements religieux extrémistes correspondants à leurs dogmes, ce qui aboutira aux guerres inter-religieuses.
2-Une fois arrivés au pouvoir, les religieux (le clergé chiite) ne voient leurs propres défauts et corruptions sans qu’ils ne les justifient par la religion.
3-Le rôle des religieux consiste à la lutte contre la corruption. Or le pouvoir est constitué de la corruption, de la fraude et de l’injustice. En entrant dans le pouvoir, les religieux perdent d’une part leur rôle de lutteur contre la corruption et d’autre part eux-même deviennent corrupteurs et injustes. En admettant qu’ils ne se corrompent pas, les observateurs externes reporteront toutes les fautes sur eux, ce qui salira l’image de la religion.

4-Le savoir-gouverner et la politique sont des savoirs/sciences dont les religieux sont absolument dépourvus, par conséquents l’entrée en politique sans en avoir la science et la connaissance et sans parcourir les étapes nécessaires pour en acquérir, ridiculisera les religieux. Puisque le fait que les religieux sont pieux n’est pas un argument solide pour qu’ils détiennent le savoir-faire dans n’importe quel domaine.

5-Les religieux ont l’objectif pour soumettre le gouvernement à la religion, alors que s’ils arrivaient au pouvoir, ils seraient forcément confrontés à la réalité de la soumission de la religion envers l’état.
6-Par le fait que les gens considèrent les religieux comme les représentants de l’Imam du temps (psl), ils s’attendent à eux de régner comme lui, alors que les religieux sont incapables de rendre la justice de la même manière que l’Imam (psl). Les gens affaiblissent par conséquents leur croyance en l’Imam du temps Alayhi-s-Salam et en l’islam.
7-Il y a à l’heure actuelle énormément de divergences entre les religieux, alors qu’ils ne détiennent pas le pouvoir. S’Ils y arrivent, toutes ces divergences causeront l’affaiblissement et la division de l’islam en nouvelles sectes.
8-Les juristes religieux ont seulement de la connaissance sur la jurisprudence. Malgré qu’ils soient experts dans ce domaine, ils ne connaissent pas tous les chapitres du Fiqh et encore moins les autres sciences telles que l’administration etc. La jurisprudence est une science spécifique ne concernant pas l’administration de la société humaine et ses questions.
9-L’islam n’a pas été maintenu durant des siècles par des gouvernements dits islamiques, mais il a été maintenu par les hawzas ‘Elmîyas (les séminaires religieux).

10-Les proches des religieux détenteurs du pouvoir profiteront de l’occasion et déshonoreront la marjayîya (la référence) religieuse et l’islam. Parce que les gens en considéreront le clergé chiite comme le responsable.
11-Tant que les gens pensent que les religieux combattent l’injustice, ils les soutiendront, mais à partir du moment où ils trouvent que l’objectif des religieux c’est d’arriver au pouvoir, ils leur tourneront le dos tout en doutant de la véracité de la religion.
12-La nature de la gouvernance consiste au mensonge et à la manipulation, il est donc impossible d’avoir un gouvernement moral. Alors que les religieux ne doivent surtout pas mentir et salir l’image de la religion.
13-L’amour de l’âme empêche le chef du gouvernement dit islamique de visualiser correctement les choses et il le pousse à décréter en faveur de ses intérêts personnels, voir même innover dans la religion.
14-Le gouvernement totalitaire est totalement corrompu, alors que nous avons réalisé la Mashruteh (la révolution constitutionnelle iranienne) afin d’éliminer la tyrannie et le despotisme. Mais au cas où un savant religieux arrive au pouvoir, le gouvernement et la religion seront tous deux accusés du totalitarisme et du despotisme et nous finirons par arriver à des impasses sans retour.

15-Des milliers de personnes meurent dans le pays, à cause des maladies épidémiques et personne ne reproche cela au clergé chiite. Mais si les religieux arrivent au pouvoir, ils seront considérés comme la cause de tous les problèmes dans la gouvernance, la finance, la justice et la santé, ce qui sera effectivement inévitable et aboutira pas seulement au renversement du pouvoir des religieux, mais aussi à la disparition de la religion.
16-La fondation d’un état islamique doit répondre à l’exigence de rendre la justice. C’est donc une lourde responsabilité dépassante la capacité des religieux qui y sont d’ailleurs inexperts. Ils doivent donc accepter les responsabilités moins lourdes afin d’éviter de causer le laxisme et l’extrémisme au sein de la communauté à différentes époques. La prise du pouvoir par les religieux, est condamnée à se mener à l’extrémisme et ensuite au laxisme au préjudice de la religion et du gouvernement.
17-Un problème que les sunnites omarites rencontrèrent et qui leur ferma la porte de l’ijtihad ce fut le fait qu’une partie des savants omarites de chaque époque allait dans le même sens que le gouvernement et décrétait en sa faveur et ce en étouffant les points de vue des autres savants qui divergeaient du leur. Par conséquents au fur et à mesure l’ijtihad a disparu dans le sunnisme. De même si le clergé chiite établit un gouvernement dit islamique, les individus qui seront en tête de ce régime, ne toléreront pas les fatwas et les points de vue religieux qui contredisent leur idéologie et manière de gouverner et ils imposeront leur propre opinion en tant qu’islam authentique, ce qui entraînera la mort progressive du chiisme et des hawzas religieuses.

18-Les Marja’ sont aujourd’hui plus accessibles que tout autre personnage public. Mais s’ils détiennent le pouvoir, ils seront de moins en moins accessibles aux gens, ce qui signifiera la séparation entre la marjayîya et le peuple.
19-Les mouvements politiques autres que celui des religieux, auront aussi une vaste autorité et influence et certains d’entre eux ne se compromettent en aucun cas avec les religieux. Ce qui pourra entraîner de sérieux risques de divisions internes, de guerres civiles et d’empêcher les religieux d’atteindre l’objectif principal qui est de combattre l’injustice tout en les faisant perdre leur temps dans les conflits et tentions politiques au lieu de le passer à rendre service à la religion.

20-Les oulémas chiites ont toujours accompli leurs actes avec une immense précaution de sorte qu’ils s’abstenaient de faire des actes licites pour se préserver de la souillure. La gouvernance est une affaire compliquée et difficile, lors qu’ils s’y ingéreront, ce ne sera évidement plus possible de se préserver du péché.

Traduction :

Cheikh ul-Islam Ismaïl Safavî

sunnisme.net

Lundi, le 01 janvier 2018

 

Mollah Mohammad Kazem Khorassânî dit Akhund Khorassânî, né en 1255 hégirien lunaire, 1218 hégirien solaire, décédé en 1329 H. L., 1290 H. S. est l’auteur du livre Kafâyat ul-Ossul, était un juriste et référent religieux de son époque. Après son décès, Mirza Shirazî Ridhwânullah Ta’âlâ ‘Alayh assuma la marjayîya chiite.

 

Share This:

Close